Actualites-web - Le site Btob

Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 464

L'abandon de poste et le chômage en 2013

L'abandon de poste et le chômage en 2013: 1.6 sur 5 sur la base de 7 votes.

L’abandon de poste résulte d’une attitude qui signifie sans la moindre ambiguïté que le salarié ne souhaite plus retourner sur son lieu de travail. Ce type d’attitude est souvent adopté par le salarié en rupture complète avec sa hiérarchie.

Ce n’est malheureusement pas une situation marginale dans le secteur privé, mais on la retrouve maintenant dans le secteur public des grandes entreprises dont l’Etat est actionnaire mais également dans les collectivités type groupements de communes.

Distinguer la situation d’abandon de poste et de chômage

L’abandon de poste est l’attitude du salarié et non de l’employeur. Ce dernier doit respecter un certain formalisme pour licencier une personne en situation d’abandon de poste. Au terme de mise en demeure de reprendre son activité professionnelle, le salarié peut se voir convoquer à un entretien préalable à son licenciement pour faute grave.

Le salaire étant versé par l’entreprise au salarié en contrepartie d’un travail effectué, la société peut légitimement suspendre le versement du salaire et établir un bulletin de salaire à 0 euro. La seule précaution à prendre, côté employeur, est d’inscrire sur ce bulletin de paie, la période d’absence du salarié.

Abandon de poste et démission

Un abandon de poste n’est pas de fait une démission SAUF si cette indication figure dans le contrat de travail ou la convention collective. Un employeur ne peut donc pas prétendre qu’un salarié en situation d’abandon de poste est obligatoirement démissionnaire !

Le recours

Le salarié peut tout à fait saisir la justice, à savoir le Conseil des Prud’Hommes qui est la seule autorité, fondée de pouvoir pour requalifier ou réintégrer le salarié.

Le chômage

Etant donné que la rupture du contrat de travail se fait exclusivement sur la seule volonté du salarié, elle est assimilable à une démission aux regards des organismes sociaux. Le salarié de surcroît licencié pour faute lourde ne peut prétendre à une allocation de remplacement. Sa seule démarche pour éviter de se retrouver avec aucun revenu est d’aller frapper la porte de la CAF et de constituer un dossier pour obtenir le RSA.

Donnez une note à cet article
(7 Votes)
  • Écrit par 

Copyright Actualites-web.com 2012

Top Desktop version